Error!

Comment le CBD agit sur le cerveau ?

Découvrir les effets du CBD sur notre cerveau

Le CBD est réputé pour de nombreuses propriétés thérapeutiques. De nombreuses recherches tendent à étudier leurs actions sur l’organisme, dont le cerveau humain. Cette substance extraite des fleurs de cannabis agit sur le système nerveux, libérant la sérotonine ou hormone du bonheur pour procurer des effets apaisants. Toutefois, la consommation de cette substance demande certaines précautions.

Les effets bénéfiques du CBD sur le cerveau

Le Cannabidiol ou CBD est de plus en plus apprécié pour ses vertus calmantes. En 2020, la revue médicale « JAMA Network Open » a d’ailleurs publié les résultats d’une étude réalisée sur plus de 300 consommateurs.

- Environ 63 % d’entre eux consomment du CBD pour atténuer les symptômes liés à l’anxiété, la dépression et l’autisme.

- Près de 26 % prennent du CBD pour soulager les douleurs orthopédiques.

- Un peu plus de 15 % s’administrent du CBD pour améliorer la qualité de leur sommeil.

Des propriétés neuro-protectrices

Ce composé naturel touche en premier le système nerveux. Grâce à ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, le CBD intervient dans la protection des neurones. Il permet entre autres de :

- diminuer les dommages neurologiques ;

- retarder la dégénérescence des neurones ;

- ralentir la détérioration des cellules du cerveau ;

- aider au rétablissement d’une lésion cérébrale.

En vieillissant, l’être humain est exposé à différentes maladies neurologiques comme la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson. Elles sont dues à la dégradation progressive des neurones. En limitant le stress oxydatif, le CBD réduit les risques d’apparition de ces troubles du système nerveux.

Un antidouleur naturel

La revue scientifique « Glia » a partagé les résultats d’une étude menée par des chercheurs de l’Institut du Cerveau (ICM). Celle-ci porte sur les effets anti-inflammatoires du CBD. Ils ont procédé à une expérimentation sur des cellules microgliales, issues du système nerveux central.

Ces recherches ont montré que ce composé non-psychoactif du cannabis joue le rôle d’antioxydant. De plus, il limite l’accumulation de glucose dans ces cellules. À cet effet, les neurotransmetteurs ne diffusent plus des signes de douleurs au sein du cerveau. Ces actions combinées inhibent alors la réaction inflammatoire.

Le CBD contre l’anxiété

La baisse du niveau de sérotonine est l’origine métabolique du trouble anxieux. Il s’agit d’un neurotransmetteur qui transfère des signaux chimiques dans le cerveau. Également nommée « hormone du bonheur », elle influence l’humeur et le bien-être en général. La régulation du taux de sérotonine constitue donc un traitement approprié contre l’anxiété.

Le CBD active les récepteurs de la sérotonine, permettant d’en augmenter la production. Lorsque la quantité dans les synapses est suffisante, les cellules cérébrales émettent plus de signaux. En conséquence, l’anxiété diminue et l’humeur s’améliore.

Le CBD pour une meilleure qualité de sommeil

Les écrans prennent une place importante dans notre vie quotidienne. Or, il émet de la lumière bleue qui maintient le cerveau en éveil. Ceci perturbe la sécrétion de la mélatonine, l’hormone responsable du sommeil. Par ailleurs, le stress physique et émotionnel peut aussi causer une augmentation du taux de cortisol. Ce dernier est l’antagoniste de la mélatonine.

Les produits à base de CBD sont connus pour combattre l’insomnie. En effet, cette molécule fait baisser le taux de cortisol, ce qui apaise le système nerveux. Elle maintient le cerveau au repos et contribue à l’amélioration de la concentration et de la mémoire.

Comment le CBD stimule nos récepteurs ?

Une fois absorbé, le CBD communique avec les récepteurs endocannabinoïdes de notre organisme. La molécule parvient également jusqu’aux neurones et aux neurotransmetteurs dans le cerveau.

Le CBD et les récepteurs de sérotonine

Les récepteurs de la sérotonine 5-HT1A se trouvent au sein du système nerveux central et périphérique. En émettant des messages chimiques à l’intérieur des cellules, ils régulent le niveau de sérotonine. Ils interviennent dans divers processus neurologiques et biologiques comme le sommeil, l’appétit, l’anxiété, les nausées et les vomissements.

La consommation de CBD active la sérotonine qui agit, à son tour, au niveau de ces récepteurs. Ainsi, ce composé naturel apporte des sensations d’apaisement et de bien-être physique et moral.

Le CBD et les récepteurs vanilloïdes

Les récepteurs vanilloïdes ont une action inhibitrice sur la réponse du corps aux inflammations. Chez une personne souffrant de douleurs chroniques, cette réaction peut s’accompagner d’anxiété. Or, le CBD possède un effet parallèle à celui de ces récepteurs. Il réduit donc les troubles anxieux liés aux douleurs.

Des études ont également montré le rôle du cannabidiol sur la perception de douleur par le corps. Dans ce cas, il agit en tant qu’intermédiaire sur les récepteurs vanilloïdes. 

Le CBD et les récepteurs orphelins(GPR55)

L’action du CBD et celle des récepteurs orphelins s’opposent. En d’autres termes, ce composé naturel bloque ces récepteurs appelés GPR55. Lorsque ces derniers reçoivent des signaux hyperactifs, le risque d’ostéoporose peut être déclenché. Ainsi, le CBD limite cette signalisation et protège contre ce trouble de la structure osseuse.

Par ailleurs, l'Académie chinoise des sciences de Shanghai a réalisé une autre étude sur le récepteur orphelin GPR55. Les résultats ont affirmé que son activation est à l’origine du développement de certaines cellules cancéreuses. Le CBD intervient sur le récepteur GPR55 et réduit la prolifération de ces cellules.

Le CBD et les récepteurs nucléaires (PPAR)

Les récepteurs PPAR se situent à la surface du noyau cellulaire. Ils assurent la dégradation de la β-amyloïde, une protéine dont l’excès peut développer la maladie d’Alzheimer. Le CBDfavorise l’action inhibitrice de ces récepteurs nucléaires. Il aide ainsi à diminuer les risques d’apparition de cette maladie neurologique.

En outre, ces récepteurs jouent également un rôle de régulateur sur l’assimilation de lipides et la sensibilité à l’insuline. Le cannabidiol peut être également un complément au traitement du diabète.

La consommation de CBD présente-t-elle des risques ?

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Cannabidiol « ne possède aucun potentiel d’abus ». À l’inverse du THC, un autre composant psychoactif du cannabis, le CBD présente alors un meilleur profil de sécurité. De ce fait, ses effets secondaires sur la santé sont considérés comme mineurs. D’ailleurs, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament veille à la qualité des produits CBD vendus sur le marché. La consommation doit, néanmoins, être précédée d’un avis médical.

Les risques liés à la quantité consommée

En cas de forte dose, le CBD peut causer des sensations de fatigue, de nausées et de vomissements. Ces effets indésirables surviennent rarement et diffèrent d’un consommateur à un autre. Des sensations de vertige et d’engourdissement peuvent aussi apparaître lorsque le produit possède une forte concentration en CBD.

Afin d’éviter ces réactions, il est conseillé de bien se renseigner sur la composition du produit. Pour une première utilisation, une teneur en CBD de 5 à 10 % devrait fournir l’effet recherché. Aussi, il faut limiter la prise à deux gouttes par jour pendant la première semaine. Si cette quantité ne suffit pas à améliorer le bien-être, ajouter deux gouttes supplémentaires la semaine suivante.

Le tableau ci-après permet également d’adapter la dose journalière de CBD selon le poids corporel et l’intensité du trouble à soulager.

 

Moins de 45 Kg

46 à 70 Kg

71 à 105 Kg

Plus de 105 Kg

Anxiété, stress, maux de tête, insomnie, dépression 

Quantité Journalière

Légère

2 à 5 mg

5 à 10 mg

10 à 20 mg

15 à 30 mg

Moyenne

5 à 15 mg

10 à 25 mg

15 à 40 mg

20 à 50 mg

Intense

10 à 30 mg

15 à 50 mg

20 à 70 mg

+ 40 mg

Douleurs, inflammations, maladie chroniques

Quantité Journalière

Légère

5 à 10 mg

10 à 20 mg

20 à 40 mg

30 à 60 mg

Moyenne

10 à 30 mg

20 à 50 mg

30 à 70 mg

40 à 100 mg

Intense

20 à 40 mg

30 à 80 mg

30 à 100 mg

+ 60 mg

La quantité de CBD dans une goutte d’huile est obtenue en divisant la quantité totale dans un flacon par le nombre total de gouttes. Si par exemple, un flacon de 10 ml d’huile de CBD (soit 200 gouttes) est dosé à 5 %, la quantité totale de CBD est donc de 500 mg. Une goutte contient alors 2,5 mg de CBD.

Les risques liés au mode de consommation

L’utilisation de produits à base de CBD varie selon les objectifs du consommateur par rapport à son bien-être et sa santé. Le mode de consommation dépend notamment de la localisation de la douleur et de la rapidité de son effet.

- Par voie sublinguale : il s’agit de la voie d’administration ayant une action la plus rapide, entre 5 à 20 minutes. Les gouttes d’huile de CBD sont déposées sous la langue et agissent sur les muqueuses sublinguales.

- Par voie orale : ici, le composé sous forme de gélules ou de préparations artisanales possède un effet plus lent. Son dosage doit être particulièrement respecté.

- Par voie cutanée : le gel ou la crème de CBD est appliqué localement sur la partie présentant une douleur ou une lésion.

- Par voie respiratoire : dans ce cas, les e-liquides au CBD sont fumés à l’aide d’une cigarette électronique, une pratique de plus en plus répandue. Toutefois, à long terme, ce mode de consommation peut endommager les poumons.

Les risques liés à la qualité des produits CBD

Avant l’achat d’un produit à base de CBD, il est important de vérifier son origine, sa composition et son processus de fabrication. Des effets indésirables tels que la migraine peuvent résulter d’une mauvaise qualité. Il faut alors privilégier les produits :

- Issus de la culture biologique de chanvre ;

- Sans solvants, dont l’éthanol et l’isopropanol ;

- Extraits au gaz carbonique (CO2).

Acheter auprès de boutiques professionnelles permet aussi de s’assurer de la qualité du produit. Elles fournissent des produits CBD certifiés et testés au laboratoire.

Quelles sont les contre-indications ?

Bien que cette substance présente de nombreux bienfaits, il y a des cas où la consommation de CBD est déconseillée. Ce produit est contre-indiqué pour : 

- Les personnes âgées de moins de 18 ans ;

- Les femmes enceintes et les femmes en période d’allaitement ;

- Les personnes ayant des antécédents de troubles cardiovasculaires sévères, ou encore des troubles psychotiques ;

- Les personnes souffrant d’une insuffisance hépatique ou rénale sévère.

Les consommateurs doivent informer leur médecin et/ou leur pharmacien de leur consommation de CBD. Ces professionnels de santé seront en mesure de déterminer si les médicaments prescrits et le cannabidiol n’ont aucune action antagoniste.